Autoportraits robots

LEANDRO BERRA

Du 10 septembre au 10 octobre 2015

 

Exposition présentée dans le cadre de la 14e édition intitulée « La Condition post-photographique » ayant pour commissaire l’artiste catalan Joan Fontcuberta.

Poursuivi par la police politique de la dictature militaire argentine, Leandro Berra s’est enfui de Buenos Aires en 1978 pour se refugier à Paris. Au retour de la démocratie dans son pays, il a voulu rendre un hommage à ses camarades « disparus » en constituant leur portrait, mais il s’est aperçu que la mémoire lui faisait défaut. Il entrera en contact avec la Gendarmerie scientifique de Paris qui l’instruit sur le programme utilisé par la police française, Interpol, le FBI et la CIA pour la construction photoréaliste de visages, croisant le procédé du portrait-robot et les techniques combinatoires des éléments physionomiques d’Alphonse Bertillon. Fasciné par ce programme, Berra a entrepris de transposer l’expérience à des volontaires de son entourage, demandant à chacun de réaliser son propre portrait de mémoire, c’est-à-dire sans l’aide d’un miroir ou d’un portrait photographique. L’image « virtuelle » est ensuite juxtaposée à un portrait standard réalisé sur le modèle des photographies d’identité, pour permettre une confrontation des deux images. Les diptyques obtenus proposent une réflexion critique sur la condition post-photographique, tout en évoquant les aspects psychanalytiques et philosophiques suivants : perte et restitution, essence et apparence, vérité et illusion, désir et réalité, individualité et typologie… « Connais-toi toi-même », avait déclaré Socrate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *